Un développement urbain durable et socialement inclusif est-il possible dans le contexte de fragmentation socio-spatiale des métropoles des pays émergents? Réflexions à partir des cas de Recife (Brésil) et de Chennai (Inde)

Carrière Jean-Paul, Hochart Karine

Resumo


Dans un contexte globalisé, le développement de villes socialement durables et inclusives implique de nombreux défis contradictoires. L’analyse comparée  des cas de Chennai, en Inde, et de Recife, au Brésil, montre qu’au-delà des spécificités de ces métropoles, nous retrouvons des processus de fragmentation socio-spatiale comparables et un réel décalage entre un discours sur l’insertion sociale et des pratiques urbanistiques orientées par la quête d’attractivité, qui se soldent par l’accentuation des inégalités. Ces contradictions renvoient à des conflits entre planification stratégique, jeu des forces des marchés immobilier et foncier, et attentes des populations. L’analyse de ces contradictions invite à repenser l’articulation de la dialectique local/global et à s’interroger sur l’effectivité du « droit à la ville » dans les sociétés de pays émergents. La comparaison développée dans cet article s’appuie sur des recherches menées à Recife dans un premier temps au début de la décennie en cours, puis plus récemment à Chennai.

Mots-clefs: fragmentation socio-spatiale, habitat précaire, droit à la ville, attractivité, globalisation

http://dx.doi.org/10.17127/got/2016.9.003

Data de submissão: 2016-01-18
Data de aprovação: 2016-03-30
Data de publicação: 2016-06-30


Texto Completo: PDF

Apontamentos

  • Não há apontamentos.




Entidades Patrocinadoras